Crew Members on MY Arctic Sunrise in the Arctic
Envie d’en faire plus?
Passer à l'action ×

Dans la nuit du 5 juin, vers 23 h 15, David Gomez a été sévèrement battu lors d’une aggression homophobe survenue près de Hanlan’s Point. Il est révoltant que cela se soit produit pendant le mois de la Fierté, et ce, dans un endroit près de Toronto qui a toujours été considéré comme un refuge pour la communauté LGBTQ2S+. 

Quelques jours auparavant, une famille musulmane de London, en Ontario, a également été la cible d’une attaque violente qui a fait quatre morts et laissé un enfant grièvement blessé et traumatisé – faisant de l’attaque de Gomez le deuxième incident haineux du mois. Il s’agit d’une indication claire que la suprématie blanche et l’homophobie sont toujours bien présentes au Canada. La société inclusive et diversifiée que tant de gens perçoivent comme étant si caractéristique de ce pays relève plus de la fiction que de la réalité.

Ce n’est pas le Canada que j’ai appris à connaître, celui qui m’a accueilli lorsque j’ai émigré ici il y a 10 ans. Mais malheureusement, c’est la réalité vécue par les communautés LGBTQ2S+, noires et autochtones, les personnes racisées et les autres communautés marginalisées pour qui la discrimination et le racisme systémique continuent d’être monnaie courante.

Nous avons encore beaucoup de travail à faire. Nous sommes en 2021, et cela ne peut plus durer. Nous devons dénoncer le racisme systémique et la discrimination quand nous en sommes témoins. Nous devons les pointer du doigt. Nous devons continuer à écouter – et à croire – les communautés touchées par ces fléaux pour devenir de meilleur·e·s allié·e·s en démantelant le système qui perpétue ce genre de comportements. Nous devons éduquer nos pairs, notre propre famille et nos voisin·e·s. Nous devons répandre l’amour et non la haine.

N’est-ce pas la raison d’être de la Fierté?

Ce mois-ci, le défilé de la Fierté gaie de Toronto sera virtuel. Et même s’il est impressionnant que les organisateurs de l’événement aient réussi à le tenir en pleine pandémie, la Fierté est devenue une célébration de plus en plus commercialisée.

Par le passé, nous défilions fièrement dans les rues pour célébrer notre individualité et notre histoire ainsi que pour lutter pour la liberté, la reconnaissance, l’amour et notre droit à l’égalité. Mais la commercialisation de la Fierté est devenue pour de nombreux·ses membres de la communauté LGBTQ2S+ ce que l’écoblanchiment est pour la communauté environnementale. Marcher dans un défilé de la Fierté ou ajouter une touche arc-en-ciel au logo de son entreprise pendant le mois de la Fierté sans contribuer à de réels changements systémiques afin d’améliorer la vie des membres de la communauté LGBTQ2S+; voilà la définition même du pinkwashing.

Les entreprises se donnent en spectacle pendant le Mois de la Fierté et veulent nous faire croire qu’elles nos alliées, mais elles ne bronchent pas quand vient le temps de faire des dons à des politicien·ne·s qui adoptent des lois anti-LGBTQ2S+.

Elles ne sont pas de réelles alliées.

Si nous voulons être fier·ère·s du Canada en tant que pays diversifié et inclusif – si nous voulons faire de cette image que nous avons du pays une réalité authentique et vécue pour tou·te·s – nous devons faire plus qu’agiter des drapeaux arc-en-ciel, coller des arcs-en-ciel sur les emballages et mettre à jour nos photos de profil sur les réseaux sociaux pour les doter d’un encadré arc-en-ciel un mois par an.

Nous devons créer un environnement inclusif, faire don à des organisations qui œuvrent pour un réel changement et soutenir des politiques qui favorisent l’égalité. Nous devons dénoncer le pinkwashing quand nous en sommes témoins et faire pression pour démanteler les systèmes de haine et d’oppression qui imposent des barrières à tant de personnes – et qui font que d’autres perdent la vie.

Faire don :

Lire :

  • Le livre Evolution’s Rainbow: Diversity, Gender, and Sexuality in Nature and People de Joan Roughgarden. Achetez-le dans votre librairie locale, par exemple le Glad Day Bookshop de Toronto sur la rue Church.

Greenpeace soutient pleinement la communauté LGBTQ2S+ dans sa célébration de la Fierté. Le personnel et les bénévoles se sont réuni·e·s pour créer cette courte vidéo qui raconte comment la Fierté a vu le jour il y a 40 ans de la même manière que Greenpeace a été fondée 10 ans auparavant, soit en occupant les rues. Les manifestations sont une partie importante de notre histoire, car elles sont un outil qui rend possible le changement. Nous voulons rappeler à chacun·e la raison pour laquelle nous continuons à défiler dans les rues – la Fierté n’est pas une simple célébration, mais un rappel constant que nous avons encore tant à faire pour mettre fin une fois pour toutes aux aggressions homophobes, pour que nous puissions être en sécurité dans notre communauté, pour que nous puissions avoir les mêmes droits que tout le monde et pour que nous soyons libres d’aimer qui nous aimons. 

Nous voulions rappeler à tou·te·s que la FIERTÉ a toujours été et sera toujours synonyme de LUTTE.

Pour plus d’informations sur les célébrations de la Fierté à Toronto, visitez www.pridetoronto.com

Blogue par Rommel Bellosillo, Mobilization Campaigner, Greenpeace Canada.