#Biodiversité #Océans

Protégeons les océans

S'engager

L’exploitation minière des abysses de Lost City, dans l’Atlantique, pour y extraire des métaux et des minéraux précieux, est une aberration.

Pourtant, des autorisations d’exploration ont déjà été accordées. L’expédition menée en ce moment par Greenpeace a pour objectif de dénoncer les menaces qui pèsent sur milieux marins. Vous voulez savoir pourquoi cette exploitation minière serait un désastre pour l’environnement ? Lisez la suite et agissez !

L’exploitation minière menace la faune des abysses

Hydrothermal Vents - Azores Deep Sea Life

Hydrothermal Vents – Azores Deep Sea Life © Greenpeace / Gavin Newman

Les abysses abritent des montagnes sous-marines, véritables oasis pour les créatures qui y vivent, d’anciennes barrières de corail et des requins.
Les scientifiques ont déjà mis en garde : saccager les fonds marins avec de monstrueuses machines risque d’endommager les océans et la vie marine de manière inévitable et irréversible. De plus, le bruit des machines perturberont les mammifères marins tels que les baleines tandis que les machines elles-mêmes inonderont de lumière des zones habituellement très sombres, risquant ainsi de troubler les créatures de l’ombre.

Des créatures qui n’existent nulle part ailleurs risquent de disparaître

Madeira Rockfish - Deep Sea Life in the Azores.

Madeira Rockfish – Deep Sea Life in the Azores. © Greenpeace / Gavin Newman

Les habitants des abysses, adaptés à cet environnement extrême, ont un petit air de créatures venant d’un autre monde. Des “vers-zombies”, découverts en 2002, aux anémones transparentes qui peuvent dévorer des vers faisant six fois leur propre masse, les eaux profondes regorgent de créatures terriblement bizarres. Sur l’un des sites ciblés par l’exploitation minière, 85% de la faune vivant aux alentours des cheminées hydrothermales représentent des espèces que l’on ne trouve nulle part ailleurs.

Le réchauffement climatique ne fera qu’empirer

Tricolor Sea Slugs - Deep Sea Life in the Azores

Tricolor Sea Slugs – Deep Sea Life in the Azores © Greenpeace / Gavin Newman

Les eaux profondes constituent un stock incroyablement important de “carbone bleu”, le carbone qui est naturellement absorbé par les créatures marines, et qui reste stocké dans les sédiments marins pendant des milliers d’années après leur mort, aidant ainsi à ralentir les changements climatiques.

En impactant le processus naturel de stockage de carbone, l’exploitation minière en eaux profondes pourrait accélérer le réchauffement climatique. Nous savons pertinemment que nous sommes face à une urgence climatique. Pourquoi l’aggraver ?

Des merveilles non encore découvertes seront détruites

Jusqu’à présent, nous n’avons exploré que 0,0001% du fond marin en eaux profondes pour voir ce qui s’y cache. Nous avons encore tellement à apprendre à propos de la faune qui y vit et de ces écosystèmes. En ouvrant les frontières de l’écosystème le plus vaste du monde à l’industrie, nous risquons d’anéantir des espèces et des écosystèmes non encore découverts.

Ne laissons pas cette industrie risquée mettre la main sur nos fonds marins abyssaux. Vous souhaitez contribuer à cette campagne ? Un million de personnes ont déjà signé notre pétition pour la création de réserves marines. Faites comme elles !

Je participe à la protection des Océans !

 

Article Source : Greenpeace Belgium