#Océans

Protégeons 30% des océans d’ici 2030

J'agis

Les sociétés d’exploitation minière des fonds marins, imprudentes, sont émerveillées à l’idée de piller les fonds marins à la recherche de minéraux et de métaux, en risquant la perte irréversible d’animaux marins rares et en perturbant d’importants stocks de carbone, susceptibles d’aggraver le changement climatique. En d’autres mots: l’exploitation minière en haute mer est vraiment une très mauvaise idée, et ce malgré l’argument de la nécessité pour la Greentech.

Jetez donc un coup d’œil à ces trois mythes sur l’exploitation minière en haute mer et découvrez sa vraie nature:

MYTHE 1: L’exploitation minière en haute mer, une solution pour la Greentech de demain

Les sociétés minières de haute mer veulent vendre leurs activités à risque comme une solution verte. Ils affirment que l’extraction des métaux et des minéraux des fonds marins est nécessaire pour des solutions énergétiques propres, telles que les sources d’énergie renouvelables,les batteries pour voitures électriques et autres greentechs (technologies vertes). Le PDG de la société DeepGreen a déclaré: « Quand les gens nous décrivent comme des mineurs de fond, je me sens très mal à l’aise. »

Nous devrions tous être mal à l’aise vis-à-vis de cette forme de greenwashing. L’extraction en haute mer est tout sauf une solution « verte », une aggravation du changement climatique est possible: la mer profonde est l’une de nos meilleures défenses contre le changement climatique, car les sédiments contribuent à bloquer le carbone. Renverser les fonds marins peut perturber ce processus naturel et provoquer la libération de ce carbone dans l’océan et l’atmosphère, augmentant encore la température de la Terre.

De plus, les experts en énergies renouvelables ont déterminé qu’une révolution énergétique mondiale – permettant de passer à 100% d’énergies renouvelables d’ici 2050 – est parfaitement possible sans l’exploitation minière en eau profonde. Une étude réalisée plus tôt cette année a également montré que, si nous voulons limiter la hausse de la température moyenne mondiale à moins de 1,5 ° C, nous devons nous concentrer sur une utilisation plus efficace des ressources et le recyclage des matériaux.

Greentech

MYTHE 2 : L’exploitation minière en haute mer contribue à prévenir les violations des droits de l’homme

Les sociétés minières tentent de nous dire que l’exploitation de la haute mer est la seule solution pour prévenir les violations des droits de l’homme, telles que le travail des enfants, les conditions de travail dangereuses, les risques pour la santé et l’environnement associés à l’exploitation minière à terre.

C’est faux !

La défense des droits de l’homme et la protection de l’environnement font partie de la même lutte et l’industrie minière a miné les deux au cours des décennies précédentes.

Même si vous pensez peut-être qu’il n’y a aucun lien entre l’exploitation minière en haute mer et les communautés côtières, n’oubliez que des milliards de personnes dépendent d’océans sains pour la sécurité alimentaire et la protection du climat, mais une exploitation inutile de nos fonds océaniques serait une grave erreur.

Il n’y a aucune preuve que l’exploitation minière en haute mer permettra de stopper ou de remplacer l’exploitation minière sur terre. Cela ne fera que créer un autre lieu d’exploitation, ce qui augmente le risque d’une exploitation encore plus importante des ressources.

En bout de ligne: obtenir des minéraux et des métaux pour votre ordinateur portable et votre smartphone ou toute autre greentech ne doit nuire à personne: ni aux personnes, ni aux animaux, ni à l’environnement.

Greentech

Credit: IFE, URI-IAO, UW, Lost City Science Party; NOAA/OAR/OER; The Lost City 2005 Expedition.

MYTHE 3: L’exploitation minière en haute mer est indispensable pour l’avenir de la greentech

Cette affirmation n’est pas confirmée par le secteur informatique. Les géants de la technologie ne disposent également d’aucun matériau provenant de la haute mer dans leur chaîne d’approvisionnement. Et nous voulons que cela en reste ainsi.

Compte tenu des avertissements des scientifiques concernant les risques liés à l’ouverture des fonds marins à l’exploitation minière industrielle, nous demandons à toutes les marques de produits électroniques de se démarquer de l’exploitation des ressources, de ne pas soutenir cette nouvelle industrie dangereuse et d’avoir une économie plus circulaire.

C’est clair: nous avons besoin d’un leadership plus fort de la part des géants de la technologie.

Tesla et Panasonic se sont déjà engagés à éliminer progressivement le cobalt, l’un des métaux cibles de l’exploitation minière en eaux profondes. Mais avec l’industrie minière des fonds marins renforçant son lobby politique contre un traité fort sur les océans qui protège la vie marine de l’exploitation, nous avons besoin d’un signal plus fort que l’exploitation minière des mers profondes n’a aucun avenir.

Agissez maintenant et appelez les géants de la technologie à choisir leurs matières premières de manière responsable, faites tout pour les greentechs et empêchez leur nom d’être utilisé pour rendre possible l’exploitation minière en haute mer !

Les entreprises qui souhaitent extraire les fonds marins pour réaliser des profits considérables prétendent que cela est crucial pour notre avenir. Ne soyez pas dupe! L’avenir nous appartient à tous et un avenir sûr signifie des océans en bonne santé.

Agissez maintenant et appelez les géants de la technologie !