#ChangementClimatique #EnergiesFossiles #Luxembourg

N'investissons plus dans les énergies fossiles

S'engager

À la fin du mois de juin 2019, une nouvelle vague de chaleur a frappé le Luxembourg. Oui, nous avons eu chaud. Oui, nous avons des raisons d’être inquiets. Pas parce que chez nos voisins français, le mercure a dépassé les 44°c degrés. Pas parce que des écoles ont fermé alors que nous ne sommes qu’en juin.

Nous sommes inquiets car cet épisode caniculaire n’est ni le premier ni un cas isolé. S’il ne faut pas confondre climat et météo, les études montrent que l’augmentation de la température planétaire globale augmente la fréquence et la gravité de ces vagues de chaleur.

Selon le rapport du GIEC, il est probable que la température moyenne globale atteigne d’ici 10 ans une augmentation de 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels . © Greenpeace

Alors, que faire ?

  • Ne pas accepter ces records de température. Lutter pour limiter l’augmentation de la température moyenne globale à 1,5°c. En demander plus aux dirigeants du monde.
  • Ne pas se laisser abattre, continuer à agir, à interpeller les pouvoirs publics et agir à son échelle ! Ne pas se morfondre. Ne pas penser que vous ne pouvez rien faire. Ne pas penser que vous êtes trop petit.
  • Ne pas oublier que cet incident peut se reproduire. Va se reproduire. Le changement climatique est une réalité. Ensemble, nous pouvons changer les choses. Investir dans les énergies renouvelables, désinvestir des énergies fossiles.
  • Ne pas prendre de bonnes résolutions maintenant et les oublier le mois prochain. Si possible, préférer le vélo à la voiture, le train à l’avion. Acheter local, réparer son smartphone au lieu de le changer.
  • Et surtout : agir.

Avec l’augmentation de la fréquence et de la gravité de ces canicules, les menaces contre l’humanité se multiplient : risques sanitaires, environnementaux, économiques et sociaux. Des périls auxquels il faut se préparer, tout en luttant d’urgence contre le changement climatique afin d’en éviter le pire scénario.