#ChangementClimatique #Luxembourg

Luttons pour la justice climatique

S'engager

Luxembourg, le 19 novembre 2019 – Selon les données du Projet de surveillance par satellite de la déforestation en Amazonie légale (PRODES) publiées hier par l’Institut brésilien de recherche spatiale (INPE), la déforestation en Amazonie a atteint 9 762 km² entre août 2018 et juillet 2019, soit l’équivalent de 1,4 million de terrains de football. Cela représente un bond de 30 % par rapport à l’année précédente et correspond au taux le plus élevé enregistré depuis 2008.

« Le gouvernement de Jair Bolsonaro détruit pratiquement tout le travail accompli au cours de la dernière décennie pour protéger l’environnement, déplore Cécile Leuba, chargée de campagne forêts chez Greenpeace France. Le programme anti-environnemental du président brésilien contredit toute ambition du pays en matière de lutte contre la déforestation, favorise l’impunité des auteurs de crimes contre l’environnement et encourage la violence contre les peuples autochtones ».

Les statistiques de PRODES s’arrêtent au mois d’août 2019. Malheureusement, depuis, la déforestation se poursuit à un rythme effréné. Selon les données DETER , un indice développé par l’INPE qui mesure l’évolution du couvert forestier en Amazonie, le nombre d’alertes déforestation recensées sur la période août-septembre-octobre 2019 est en hausse de 100% par rapport à la même période l’année dernière.

« Face à ce scénario dramatique, le gouvernement brésilien n’a présenté aucune politique cohérente de protection de la forêt et de ses peuples ; au contraire, il prend le parti de la criminalité environnementale », continue Cécile Leuba. 

« La combinaison des taux élevés de déforestation et du manque de gouvernance coûte des vies, positionne le pays comme s’opposant à la lutte contre le changement climatique et nuit à l’économie, le marché international ne souhaitant pas acheter de produits contaminés par la destruction de l’environnement et par la violence. »

Nous devons immédiatement mettre un terme à la destruction de l’environnement en cours et exiger un plan efficace de lutte contre la déforestation. Les entreprises qui achètent des produits tels que le soja et le bétail au Brésil doivent également prendre position contre la politique anti-environnementale désastreuse de Bolsonaro et accélérer leurs efforts pour éliminer complètement la déforestation de leurs chaînes d’approvisionnement.

Pour une large sélection de photos et vidéos, cliquez ici.

Communiqué par Greenpeace Brésil.