Envie d’en faire plus?
Je soutiens ×

Greenpeace a décidé de lancer une procédure en appel dans le procès sur la qualité de l’air l’opposant à la Région wallonne. Cette dernière ne mesure pas correctement les taux de pollution dans les zones urbaines et ne prend donc pas les mesures adéquates pour lutter contre ce problème de santé publique.

En ce mois d’avril, les avocats de Greenpeace ont officiellement introduit une procédure d’appel contre la Région wallonne. Le verdict devrait tomber dans environ 12 mois. Le jugement précédent en faveur de la Région wallonne était une défaite pour les citoyens et citadins wallons qui n’ont pas une information complète sur ce qu’ils respirent, c’est pourquoi nous poursuivons notre combat juridique et allons en appel.

Soutenez le procès en appel pour une meilleure qualité de l’air en Wallonie

Combattre la pollution, c’est protéger la santé

La règle européenne en matière de pollution de l’air, qui vise à protéger la santé des personnes, précise que la qualité de l’air doit être mesurée là où s’observent les plus fortes concentrations auxquelles la population est susceptible d’être directement ou indirectement exposée, et pour cela, tous les outils de mesure reconnus, pas seulement les stations de mesure fixes, peuvent être utilisés. 

Pollution de l’air : Greenpeace en appel contre la Région wallonne

Ces éléments ont d’ailleurs été déterminants dans des procès similaires dans d’autres pays, dans le procès opposant des citoyen.ne.s et ClientEarth à la Région bruxelloise ou encore dans celui que Greenpeace mène contre la Région flamande.

La Région wallonne se base sur les stations fixes, installées dans des zones avec peu de trafic motorisé, pour tirer ses conclusions et les transmettre à l’Europe. Cela donne une image erronée de la situation réelle. Les données officielles les plus récentes confirment que certains Wallons sont exposés à de dangereux niveaux de pollution dans les zones urbaines et périurbaines. 

La santé publique est en jeu

Pollution de l’air : Greenpeace en appel contre la Région wallonne

Une campagne de mesure de qualité de l’air menée par Greenpeace dans plusieurs villes wallonnes en 2018 indiquait aussi des taux de pollution qui dépassaient les limites légales fixées par l’Europe notamment à Namur, Liège et Charleroi.

La santé publique est en jeu. Si la qualité de l’air est mal mesurée, elle est sous-estimée alors qu’elle continue de nuire à la santé des Wallons, notamment des plus faibles. Une meilleure cartographie de la qualité de l’air n’est qu’une première étape. Il est urgent de mettre en place un plan ambitieux de lutte contre la pollution atmosphérique due au trafic et de renforcer les alternatives à la voiture.

Soutenez le procès en appel pour une meilleure qualité de l’air en Wallonie Je partage sur Facebook Je partage sur Twitter Je partage sur Whatsapp
Facebook Facebook Instagram Instagram Twitter Twitter YouTube YouTube Pinterest Pinterest