Au moment où j’écris ce blog, le Rainbow Warrior a remis le cap vers Amsterdam, marquant ainsi la fin de notre périple réussi dans le Pacifique. C’était la première fois que nous prenions la mer pour nous rendre compte de visu de ce que fabrique l’industrie minière en eaux profondes. 

Actions contre l’exploitation minière en eaux profondes : le Rainbow Warrior rentre au port

Plus de transparence !

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça en valait la peine ! En tant qu’observateurs indépendants, nous pouvons librement communiquer sur ce que nous avons vu, alors que l’industrie elle-même fait preuve d’une transparence plutôt sélective à cet égard. Par exemple, l’entreprise belge GSR refuse toujours de diffuser des images des fonds marins avant et après le passage du Patania II, son robot d’exploitation minière en eaux profondes. L’entreprise se retranche derrière le fait que les scientifiques ont besoin d’un temps relativement long après leur expédition pour traiter et publier leurs analyses et leurs résultats. 

Actions contre l’exploitation minière en eaux profondes : le Rainbow Warrior rentre au port

Or, notre demande est beaucoup plus simple que ça : les scientifiques n’étaient même pas encore présents lorsque nous avons vu une grande tache de sédiments à la surface de la mer, ce qui peut être le signe d’une perturbation sérieuse du fond marin. Il n’est pas difficile de vérifier si notre hypothèse est correcte : la publication des images de GSR suffirait. 

Actions contre l’exploitation minière en eaux profondes : le Rainbow Warrior rentre au port

Notre gouvernement a également intérêt à voir ces images, car en tant qu’État sponsor, la Belgique est en partie responsable des dommages éventuels causés par GSR. Le ministre Vincent Van Quickenborne a le mérite de se montrer ouvert au dialogue avec toutes les parties prenantes depuis notre présence dans le Pacifique. Il est dès lors de la plus haute importance que toutes les informations pertinentes puissent être mises sur la table. En effet, les grands fonds marins font partie du patrimoine commun de l’humanité, et nous y avons donc tous droit. 

Je signe la pétition contre l’exploitation minière en eaux profondes

Notre campagne continue… avec vous à bord ?

Actions contre l’exploitation minière en eaux profondes : le Rainbow Warrior rentre au port

La fin de notre expédition en bateau est loin d’être la fin de notre campagne. Nous attendons toujours que la Belgique joue pleinement son rôle dans la protection des océans et qu’elle cesse de soutenir une industrie susceptible de causer des dommages irréversibles et irréparables au plus grand écosystème de la planète. 

Plus de 40 000 personnes ont déjà signé notre appel au ministre pour qu’il fasse un choix clair et mette fin au soutien belge à l’exploitation minière en eaux profondes. Aidez-nous à faire passer le message et à partager la pétition le plus largement possible, afin que nous puissions la brandir cette année encore, lorsque des décisions politiques importantes seront prises à propos de l’exploitation minière en eaux profondes.

 Blog écrit depuis le Rainbow Warrior par An Lambrechts, experte océans à Greenpeace Belgique

Je signe la pétition contre l’exploitation minière en eaux profondes Je partage sur Facebook Je partage sur Twitter Je partage sur Whatsapp
Facebook Facebook Instagram Instagram Twitter Twitter YouTube YouTube Pinterest Pinterest
J'agis ×