Greenpeace était dans les rues de Bruxelles ce dimanche pour la marche climat. Parce qu’on ne se fatiguera jamais, parce que marcher, ça marche, et parce que les actions de nos gouvernements et des entreprises ne sont toujours pas à la hauteur des enjeux et de l’Accord de Paris. Nous étions bien accompagné·es : 25 000 citoyen·nes se sont mobilisé·es alors que la COP28 a débuté à Dubaï. Vous étiez aussi à la marche de ce dimanche 3 décembre ?! Merveilleux. Ensemble, on est plus fort·e. Découvrez ici les photos de la marche et nos revendications.

© Tim Dirven / Greenpeace

“Save our climate. Stop fossil fuels”, en français ”Sauvez notre climat. Stoppez les énergies fossiles”. C’est ce qu’on pouvait lire sur notre bannière géante ce dimanche lors de cette marche climat qui a réuni 25 000 citoyen·nes. 25 000 personnes rassemblées par la Coalition climat qui ont bravé le froid pour se faire entendre. Chapeau bas.

Cette marche est un nouvel appel au monde politique afin que les actions nécessaires pour faire face à la crise climatique soient prises dès aujourd’hui. Car la crise que nous vivons a des conséquences ici et maintenant. Et partout dans le monde. Pour limiter les effets du dérèglement climatique, chaque dixième de degré compte. Nous devons tout faire pour limiter l’augmentation des températures terrestres à 1,5 °C, comme dit dans l’Accord de Paris. Chaque 0,1 °C de degré de réchauffement en moins, c’est : plus de biodiversité, plus d’égalité, de meilleurs jobs, plus d’air pur, moins de vagues de chaleur, moins d’inondations, … 

COP28

Alors que l’année 2023 a été ponctuée de bout en bout par des phénomènes météorologiques extrêmes, conséquences directes du dérèglement climatique, la COP28 a débuté jeudi passé à Dubaï.

Greenpeace Africa Press Conference at COP 28
© Marie Jacquemin / Greenpeace

Pour Greenpeace, la COP28 ne sera un succès que si elle entérine la sortie des énergies fossiles. La fin de toute nouvelle infrastructure fossile et des subventions fossiles devront y être actées. Les pollueurs fossiles devront également être contraints à financer le nouveau fonds pour les “pertes et dommages” institué lors de la COP précédente

Nos 3 demandes principales

1 / La sortie des énergies fossiles

Les gouvernements du monde entier devront s’accorder sur l’élimination rapide de leur dépendance au gaz, pétrole et charbon, et sur l’accélération d’une transition juste vers les énergies renouvelables.

2 / Un programme de financement crédible

Un programme qui fasse payer les riches pollueurs historiques et l’industrie fossile pour les destructions et les dommages qu’ils causent. Ce programme devrait inclure le lancement du nouveau fonds pour les pertes et dommages (Loss & Damage). Les pays riches doivent aussi tenir leurs promesses et s’engager davantage à financer l’atténuation du changement climatique et l’adaptation à ses effets.

3 / L’augmentation du niveau d’ambition

Cette COP, qui établira le bilan des efforts réalisés depuis l’Accord de Paris, devra fixer des repères clairs et nettement plus ambitieux pour les plans nationaux ou NDC (Nationally Determined Contribution). Ceux-ci doivent permettre, d’ici à 2030, de réduire les émissions mondiales d’au moins 43 % (conformément à ce que le GIEC estime nécessaire pour maintenir une température de 1,5 °C), tripler les énergies renouvelables et doubler l’efficacité énergétique.

Vous voulez en savoir plus sur la COP28 et les grands moments de la négociation climatique ? Téléchargez gratuitement notre guide.

Je partage sur Facebook Je partage sur Twitter Je partage sur Whatsapp