23 avril 2019 – Aujourd’hui, lors d’un colloque, Bruxelles Environnement présente les résultats d’une large consultation de diverses parties prenantes sur l’interdiction des véhicules à moteur thermique dans la Région bruxelloise. Greenpeace a participé à cette consultation et attend du prochain gouvernement bruxellois qu’il présente un plan ambitieux pour sortir des voitures alimentées aux énergies fossiles :

« Le défi climatique et l’impact de la pollution atmosphérique sur la santé appellent une politique ambitieuse lors de la prochaine législature. L’actuel gouvernement de la Région Bruxelles-Capitale a pris la décision de principe d’interdire les voitures diesel d’ici 2030 au plus tard. » [1], rappelle Elodie Mertz de Greenpeace. Mais il faut aller plus vite. Les voitures diesel doivent être interdites d’ici 2025 au plus tard, et les voitures à essence et au CNG d’ici 2030 au plus tard.  »

« Il existe au sein de la population un soutien pour cette évolution. Depuis des mois déjà, parents, enfants et enseignants réclament un air plus sain – comme en atteste les actions du mouvement citoyen Filter Café Filtré aux abords des écoles – et plus d’ambition climatique. », souligne Elodie Mertz.

Elle conclut: « Bruxelles doit montrer l’exemple et s’inspirer de ce qui a été décidé à Paris par exemple. Dans la capitale française, les voitures diesel ne seront plus autorisées à partir de 2024 et les voitures à essence à partir de 2030. [2] Le prochain gouvernement régional doit être clair vis-à-vis de ses habitants. Il doit annoncer le plus rapidement possible comment les voitures alimentées aux énergies fossiles seront progressivement éliminées de ses rues. Et il doit prendre des mesures pour développer les alternatives à la voiture et pour mettre en oeuvre ce plan d’une manière socialement responsable. »

Notes :

  1. Consultez: https://be.brussels/files-fr/a-propos-de-la-region/gouvernement/reunion-du-conseil-des-ministres-du-31-mai-2018 (pp. 25-26)
  2. D’autres villes prennent des mesures similaires pour éliminer progressivement les voitures diesel et essence. Des villes comme Madrid, Athènes, Oslo et Mexico ont annoncé une interdiction du diesel dès 2025. Londres a très récemment introduit une zone à très faibles émissions. Suite à des poursuites judiciaires, de nombreuses villes allemandes prévoient également des zones à faibles émissions ou des zones interdites au diesel.

Contact :

Bureau de presse Greenpeace, 0496/26.31.91