Votre soutien assure le travail de nos expert·es, notre indépendance financière, notre liberté de parole et notre pouvoir d'action !

S'engager

C’est de nouveau l’heure de prendre le temps de regarder en arrière et de faire le point sur tout ce qui a été accompli au cours des 12 derniers mois.

2019 a été une année charnière, au cours de laquelle des millions de gens se sont mobilisés dans la rue, tout autour du monde, dans la lutte pour notre planète. Les entreprises et les gouvernements ont été pointés du doigt pour leur réticence à agir pour sauver notre foyer à tous. Mais 2019 aura aussi été une année dévastatrice. Nous avons été les témoins impuissants de pays dévastés par de si nombreux désastres météorologiques, alimentés par le changement climatique. Mais, au bout du compte, malgré l’adversité, nous, les habitants de cette planète, nous sommes unis et, ensemble, nous continuerons à livrer bataille pour un futur meilleur, plus vert, et plein d’espoir. 

Et à ce sujet, voici quelques uns de nos meilleurs moments de l’année :


Chaque vendredi depuis le 15 mars sur la place Pouchkine à Moscou, Arshak Makichyan a manifesté en solitaire. L’une des plus inspirantes grèves scolaires de l’année. © Anna Antanaytite / Greenpeace


Les étudiants et lycéens de Prague, en République Tchèque, se sont retrouvés dans la rue le 15 mars 2019 pour manifester et demander à leur dirigeant·es d’agir d’urgence afin d’endiguer un réchauffement global plus élevé et donc les pires effets du changement climatique. Cette manifestation s’est déroulée dans le cadre du mouvement de la grève scolaire pour le climat, aussi connue sous le nom de Fridays for Future. © Petr Zewlakk Vrabec / Greenpeace


Un bénévole éteint les incendies dans les tourbières du Kalimantan central, en Indonésie. Selon les données fournies par le ministère indonésien des forêts et de l’environnement, les incendies de forêt du pays ont fait disparaître plus de 857,756 hectares (2,12 million acres) en cendres, de janvier à septembre. © Jurnasyanto Sukarno / Greenpeace


Des activistes de Greenpeace en provenance des Pays-Bas, de l’Allemagne et du Danemark ont abordé deux plateformes pétrolière de Shell, dans le gisement pétrolier de Brent, au large d’Aberdeen (Écosse), au cours d’une action non-violente pour protester contre les projets de l’entreprise d’abandonner dans la Mer du Nord 11 000 tonnes de pétrole ainsi que des morceaux d’anciennes structures pétrolières. © Marten van Dijl / Greenpeace


Au cours d’une pause bien méritée, au terme de l’étape du Récif de l’Amazone dans le cadre de l’expédition Protect the Ocean, l’équipage de l’Esperanza saute depuis le pont du navire de Greenpeace. Cette photo a été prise juste après avoir accompli avec succès la première plongée sous-marine dans le très récemment découvert récif de l’Amazone, au large des côtes de la Guyane française. Cette expédition a permis de collecter les premiers échantillons biologiques afin de mieux comprendre ce système récifal et de soutenir la nécessité de protéger cet écosystème unique. Le récif de l’Amazone est un trésor sous-marin déjà menacé par les géants du pétrole, qui projettent de forer à proximité. © Pierre Baelen / Greenpeace


Vue aérienne d’une vaste région brûlée, aux abord de Candeiras do Jamari, dans l’État de Rondônia. Le nombre de foyers d’incendie enregistrés en Amazonie en 2019 est l’un des plus élevés des dernières années. de janvier à août, le nombre d’incendies dans la région était 145% supérieur aux chiffres de 2018 à la même période. © Victor Moriyama / Greenpeace


Un poisson volant s’approche, de nuit, de la surface de la Mer des Sargasses. Cette photo a été prise lors de l’expédition de Greenpeace dans la Mer des Sargasses, une région unique dans le nord de l’océan Atlantique, foyer d’une très grande biodiversité marine, parmi laquelle on retrouve notamment les Cacouannes et les tortues vertes. © Shane Gross / Greenpeace


Les taux d’abattage des forêts sont en augmentation en Finlande, tandis que de nouvelles usines de pâte à papier sont construites. Cette photo a été prise dans une région forestière en Finlande du sud, abattue en 2018 par UPM, une entreprise locale de l’industrie forestière, puis brûlée plus tard. Chaque années, des milliers de kilomètres carrés de forêts sont fragmentés, dégradés ou détruits. © Jani Sipilä / Greenpeace


Le corps d’un porcelet mort émerge d’une poubelle cassée aux abords de la ferme porcine industrielle de Vandvaerksgaarden, dans la petite ville de Tingerup, à 60 kilometres à l’ouest de Copenhague. Le Danemark produit plus de 31 million de porc par an, ce qui, avec la production annuelle de 1,5 millions de bovin, représente 19% du total des émissions de gaz à effet de serre du pays. Entre les murs des fermes industrielles, l’existence des animaux est réduite à une courte vie enfermée dans une cage ou une petite cabine. Au-delà de ses effets sur le climat, la production de viande au Danemark détruit l’environnement local, ses paysages et sa biodiversité, tout en faisant peser une lourde menace sur la santé publique. © Greenpeace / Wildlight / Selene Magnolia


En collaboration avec le projet Blu Dream, le CNR-IAS et l’Université polytechnique des Marches, Greenpeace a entamé une tournée dans la mer Tyrrhénienne, en Italie, pour documenter la pollution du plastique et des microplastiques dans l’écosystème marin. © Lorenzo Moscia / Greenpeace


Une série d’incendies a ravagé les villes de l’est de la province de Gangwon, en Corée du Sud, tuant une personne et contraignant plus de 4 000 autres. Environ 250 hectares de forêt ont brûlé à Goseong et 25 autres ont été réduits en cendre à Inje. © Soojung Do / Greenpeace


Une vue aérienne de l’Arctic Sunrise, navire de la flotte de Greenpeace, tandis qu’il s’amarre sur la banquise de Tempelfjorden, à Svalbard, au levé du soleil. L’expédition ‘Protect the Oceans’ a vu s’unir scientifiques et militants afin d’étudier et documenter les menaces du changement climatique, de la surpêche, de la pollution plastique, de l’exploitation minière en haute mer et du forage pétrolier. © Christian Åslund / Greenpeace

Source : Greenpeace Internationale