Anti Oil Protest at WEC in Montreal. © François  Pesant / Greenpeace
Want to do more?
S'engager ×

Luxembourg, le 11 novembre 2020 – Hier matin, des activistes de Greenpeace ont organisé une opération photo devant le siège de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) à Luxembourg, en vue de la réunion en ligne du conseil d’administration de la BEI, qui se tient ce jour et au cours de laquelle le projet de feuille de route pour le climat sera examiné.

La BEI doit achever sa feuille de route sur le climat pour la période 2021-2025 d’ici la fin de 2020. Le document indiquera de quelle façon la banque entend aligner ses opérations sur l’accord de Paris sur le climat, qui aura un impact majeur sur l’avenir de la transition énergétique de l’Europe et sur les efforts de l’UE pour lutter contre la crise climatique. Même si la BEI semble s’accorder sur l’interdiction d’agrandir les aéroports, une fuite révèle que la banque prévoit toujours d’autoriser le financement d’activités climaticides telles que l’industrie des combustibles fossiles, l’expansion des autoroutes ainsi que l’agriculture industrielle.  

Il est inacceptable de la part de la soi-disant banque climatique d’autoriser des subventions à des secteurs aussi destructeurs.” estime Frank Thinnes, responsable de la campagne Climat et Énergie de Greenpeace Luxembourg. “La BEI doit immédiatement dénoncer toute forme de soutien aux combustibles fossiles et aligner tous ses investissements avec l’accord de Paris. Cela sous-tend également un contrôle renforcé et plus rapide à l’égard de ses intermédiaires.

Afin de sensibiliser à cette question, les activistes ont déployé deux grandes bannières devant le siège social de la banque. La première représentait une planète au-dessus d’un feu alimenté par l’euro, symbolisant ainsi les projets de la BEI de continuer à investir dans des industries polluantes et destructives ; et la seconde demandait à la banque de changer de politique avec le message : EUROPEAN INVESTMENT BANK: STOP FUNDING THE CLIMATE CRISIS.

La présence de l’ONG a été remarquée par la banque, dont les représentants sont venus accueillir les militant·es. D’après le directeur de la communication de la BEI, Matteo Maggiore, “il est important qu’une organisation comme Greenpeace pousse les institutions à devenir plus ambitieuses.” L’association ne peut qu’approuver : les directeurs de la BEI ont désormais toutes les clés en main afin de prendre les bonnes décisions et de montrer au monde ce que signifie devenir une vraie banque du climat.


Plus de photos sont disponibles dans notre media library.