Le 14 novembre, date de lancement du projet « mon air, mon école », je me suis rendue à l’école Champagnat à Schaerbeek afin d’assister à l’installation des tubes servant à mesurer la qualité de l’air dans les écoles primaires et d’immortaliser l’instant armée de mon téléphone.

À mon arrivée, le coordinateur de l’école m’a immédiatement emmenée dans la classe attachée au projet. Les enfants, souriants et énergiques, couraient partout. Dès le calme revenu, le coordinateur m’a présentée et a expliqué le projet et les raisons qui ont amené l’école à s’engager. Ce moment d’échange a permis aux enfants de comprendre ce qu’est la pollution de l’air et l’importance de mesurer la qualité de l’air. Les enfants se sont montrés fort enthousiastes et très intéressés. Ils parlaient entre eux, se chamaillaient pour savoir qui allait accrocher les tubes et les questions fusaient.

Les premiers tubes attachés, nous nous sommes rendus dans la cour de récréation et à la porte d’entrée pour accrocher les autres tubes. Après quelques photos, vidéos et échanges finaux avec le coordinateur, je suis repartie.

Je suis ensuite allée rendre visite à l’école européenne de Laeken. Je n’étais pas la seule conviée, plusieurs chaînes de télévision étaient présentes pour effectuer un petit reportage. J’ai eu le loisir d’interviewer l’institutrice responsable du projet qui semblait très impliquée et d’échanger avec les journalistes présents.

Je suis déjà impatiente d’avoir le rapport final pour connaître la réelle qualité de l’air en Belgique.

Soucieuse de l’avenir de notre planète et plus encore de l’avenir de nos enfants, cette campagne me tient particulièrement à cœur, car son ancrage local favorise la possibilité de s’impliquer personnellement. Ce projet m’offre la chance de pouvoir amener ma pierre à l’édifice en changeant peu à peu mon comportement relatif à ma mobilité.

Découvrez les écoles participant au projet.