Ce n’est plus un secret pour personne : la qualité de l’air est mauvaise en Belgique. Presque partout, en ville comme à la campagne, les gaz d’échappement sont à l’origine de cet air insalubre.

Mais de plus en plus de citoyens se soulèvent pour exiger des changements structurels dans notre mobilité : des pistes cyclables plus nombreuses, des transports en commun efficaces et accessibles à tous, bref, des villes faites pour ses habitants et non pour ses voitures.

A travers des actions ludiques de sensibilisation, les volontaires de Greenpeace Belgique ont rejoint la longue liste des groupes qui s’activent en Belgique pour exiger des solutions structurelles.

En distribuant des fleurs aux automobilistes, avec l’aide du centre psycho-social Saint Alexius d’Ixelles, et en affichant des messages à l’entrée de différents tunnels, nos volontaires ont rappelé aux politiciens qu’il restait un travail gigantesque.


A Anvers, les activistes ont « vendu » de l’air pur lors d’un flashmob pour sensibiliser à la problématique dans une ville très exposée aux particules fines et au dioxyde d’azote.

A Leuven, de très nombreuses pétitions ont pu être récoltées grâce à notre plateforme 11M qui permet à tout le monde de créer et signer une pétition pour un air de qualité au niveau local.

Enfin, il ne faut pas oublier le grand nombre d’actions qui ont eu lieu de samedi à dimanche, que ce soit les masses critiques (manifestation à vélo) à Liège et à Bruxelles qui ont réuni plusieurs milliers de personnes, ou au grand nombre d’écoles qui se sont une fois de plus mobilisées.

Et pour finir, le 27 mai dernier, 130 coureurs Greenpeace ont participé aux 20 km de Bruxelles. Et pour l’occasion, ils portaient, bien sûr, un t-shirt Clean Air Now. Merci à tous !