Aujourd’hui, Greenpeace publie les textes de l’accord de « libre échange », Union Européenne – Mercosur, entité qui regroupe l’Argentine, le Paraguay, le Brésil et l’Uruguay. Les négociateurs espèrent parvenir à un accord en 2018. Les textes publiés par Greenpeace se trouvent sur le site trade-leaks.org sur lequel nous avions déjà publié les textes du TTIP (UE-USA), du TISA (Accord mondial sur les services) et du JEFTA (accord UE-Japon).

Cet accord de libre-échange, tout comme le TTIP mis au frigo et le CETA en cours de ratification, représente un danger pour l’environnement et les droits de l’homme. Il fait partie de cette génération d’accord qui bénéficie surtout aux grandes multinationales au détriment du citoyen.  

Le traité avec le Mercosur est mis en place dans un contexte chargé : des leaders indigènes et des activistes environnementaux sont tués et de graves soupçons de corruption pèsent sur le Brésil. Cet accord vise surtout à augmenter les exportations de quelques secteurs clés tel que l’automobile, l’énergie ou les marchés financiers pour l’UE et le secteur de la viande et du soja pour les pays du Mercosur.

Quelques-uns de ces secteurs menacent directement l’environnement, que ce soit l’automobile pour la qualité de l’air et le climat ou la viande et le soja, qui accentuent dramatiquement la déforestation.

Greenpeace a mis en place une série de principes qui doivent être respectés avant de réaliser des accords de commerce. Or, le traité EU-Mercosur fait partie de ces trop nombreux traités qui ne respectent pas ces principes et notamment la transparence nécessaire de ce type de négociations.

C’est uniquement en ayant un débat démocratique autour de ces traités dit de libre-échange que nous aurons un commerce respectueux de l’environnement. C’est pour favoriser ce débat démocratique que nous publions les textes tenus secret de cet accord.