J'agis

La Belgique soutient le développement de l’exploitation minière des grands fonds marins dans l’Océan Pacifique via le parrainage d’un contrat d’exploration pour une entreprise belge. L’un des arguments clés des acteurs industriels impliqués, est que nous en aurons besoin pour fournir les matériaux nécessaires pour des produits électroniques comme les batteries pour le transport électrique. Cette exploitation n’est pourtant pas incontournable et de plus en plus de voix s’élèvent contre cette activité qui cause des dommages irréversibles aux écosystèmes des grands fonds marins, ces lieux très mal connus.

Quel lien entre exploitation minière en haute mer et mobilité durable ?

Parmi les matériaux convoités, citons le nickel, le cobalt, le manganèse, le zinc. Ces matériaux sont utilisés dans des produits électroniques tels que les smartphones et les ordinateurs, ainsi que pour le stockage de l’énergie dans des batteries de toutes sortes, y compris celles utilisées dans les véhicules électriques.

Vers une économie de partage circulaire

Alors, faut-il exploiter les grands fonds marins pour créer les batteries de nos véhicules électriques ? Non, ce n’est pas nécessaire si de nouveaux investissements sont réalisés dans une économie de partage circulaire basée sur une conception écologique, durable, et innovante et sur les principes de réutilisation, de rénovation, de réparation et de recyclage des batteries.

C’est d’ailleurs précisément ce qui est prévu dans les Objectifs de Développement Durables des Nations Unies auxquels la Belgique a souscrit. Dans ces objectifs, il est dit clairement que les océans, les mers et les ressources marines doivent être préservés et doivent faire l’objet d’un usage durable. Il est aussi écrit que les pays doivent veiller à ce que les modes de consommation et de production soient durables.

Je signe pour la sauvegarde des océans

Mobilité : une électrification sobre et réfléchie

Quel lien entre exploitation minière en haute mer et mobilité durable ?

Notre mobilité est l’un des domaines dans lesquels nous devons œuvrer pour une transition équitable et renouvelable, en mettant l’accent sur une utilisation durable des matériaux afin que nous ne devions pas avoir recours à l’extraction marine. 

La science est très claire : l’utilisation de combustibles fossiles dans nos voitures n’est pas durable, même à court terme. Si nous voulons limiter le réchauffement climatique, le passage aux véhicules électriques basés sur des sources d’énergie renouvelables est nécessaire. Mais nous devons également être prudents, car il existe une forte demande pour les matériaux nécessaires à la fabrication des batteries. C’est pourquoi il faut davantage d’innovation dans le secteur des batteries, tant au niveau des matériaux que de la conception, afin de récupérer beaucoup plus de matériaux d’anciennes batteries et de ne pas recourir à des minéraux issus de l’extraction marine.

Limiter nos déplacements

Dans la pratique, cela veut dire aussi qu’il est nécessaire de limiter nos déplacements, notamment en repensant l’aménagement du territoire, en recourant au télétravail, en maximisant l’occupation et le chargement des véhicules, etc.. Quand il y a des déplacements, il faut privilégier au maximum les déplacements durables : la marche, le vélo, les transports en commun, etc. L’électrification, enfin, doit être implémentée en priorité pour les transports en commun, le fret et, dans le cadre des véhicules particuliers, doit aller de pair avec des véhicules de taille raisonnable, moins puissants et partagés pour utiliser au mieux les ressources, c’est-à-dire les batteries et les matériaux qui les constituent. 

La préservation de la biodiversité, du climat et la prise en compte des limites planétaires sont autant de raisons de créer dès aujourd’hui les conditions d’un développement électrique réfléchi, qui ne recourt pas à l’exploitation des grands fonds marins, en privilégiant l’économie circulaire, le recyclage, l’intégration des batteries de voitures aux réseaux, et en repensant notre mobilité.

Je signe pour la sauvegarde des océans Je partage sur Facebook Je partage sur Twitter Je partage sur Whatsapp
Facebook Facebook Instagram Instagram Twitter Twitter YouTube YouTube Pinterest Pinterest