#Océans

Protégeons 30% des océans d’ici 2030

J'agis

Le Rainbow Warrior sera à Anvers le week-end prochain, et vous pourrez monter à son bord. Il n’y a plus moyen de s’inscrire, mais si vous êtes de passage à Anvers samedi ou dimanche, nous tenterons de vous trouver un créneau pour vous faire visiter le bateau !

A quoi servent vraiment les bateaux de Greenpeace ?

Nos navires : emblématiques, mais surtout utiles
Les navires font vraiment partie de la vie de Greenpeace. Surtout pour ceux qui, comme moi, étaient déjà de ce monde dans les années 1980. Enfant, j’ai vu les images d’actions contre la chasse aux phoques et de confrontations avec des baleiniers ou avec des bateaux déversant des déchets nucléaires en mer. Et le soir, je rêvais sous ma couette de Tintin et Greenpeace au pôle Sud (avec le Sirius en arrière-plan).

Les navires font partie de l’ADN de Greenpeace. On peut même affirmer que notre mouvement écologiste est né en mer. Voici l’histoire, pour ceux qui ne la connaissent pas encore : au début des années 1970, des hippies ont affrété un vieux bateau de pêche pour protester contre les essais nucléaires américains sur l’île d’Amchitka. Ils n’arrivèrent jamais à destination, mais ils gagnèrent l’opinion publique à leur cause grâce aux médias. Peu de temps après, les États-Unis interdiront les essais nucléaires à Amchitka. Greenpeace était née.

Mais que signifient encore aujourd’hui le Rainbow Warrior, l’Arctic Sunrise et l’Esperanza ? Plus que vous ne le pensez.

Nos bateaux autour du globe

Nos navires : emblématiques, mais surtout utiles
Près de 50 ans plus tard, ces navires nous emmènent toujours dans les endroits les plus reculés de la planète. Bien sûr, nous ne naviguons plus pour empêcher les essais nucléaires, mais pour montrer les conséquences du changement climatique, pour lutter contre la surpêche ou pour bloquer les chargements de bois abattu illégalement.

L’expédition « D’un pôle à l’autre » que l’Esperanza effectue en ce moment même en est un bon exemple. Il effectue une traversée de 10 mois entre le pôle Nord et le pôle Sud, avec à son bord de nombreux scientifiques et journalistes. Ceux-ci enquêtent sur le merveilleux monde sous-marin et rendent compte des dangers qui le guettent, comme la pollution par les plastiques. L’objectif de cette traversée est clair : renforcer l’appel en faveur d’un traité mondial sur les océans au sein de l’ONU.

Je participe à la protection des océans

Nos bateaux sont un signe d’espoir

Nos navires : emblématiques, mais surtout utiles
Nos navires inspirent aussi. Ils symbolisent l’activisme environnemental, donnent de l’espoir à tous ceux qui veulent une meilleure protection de toute forme de vie sur notre unique planète. Partout où les navires jettent les amarres, les gens veulent monter à bord pour en apprendre davantage sur l’histoire de Greenpeace, sur nos campagnes ou pour écouter les aventures de l’équipage.

Naviguer sur le Rainbow Warrior

Nos navires : emblématiques, mais surtout utiles

Début septembre, j’ai eu la chance de naviguer une semaine sur le Rainbow Warrior, entre Amsterdam et Gdansk (en Pologne). C’était la première fois durant mes 10 ans chez Greenpeace. Ce ne fut pas un voyage d’agrément. Ce fut plutôt un écolage assez difficile pour mieux comprendre la vie et le travail à bord d’un navire de Greenpeace. J’y ai vécu des moments merveilleux, mais aussi d’innombrables heures de mal de mer face à l’horizon. Je ne suis décidément pas un loup de mer.

Nous avons mis pied à terre dans le port de Gdansk. Le voyage s’arrêtait là pour nous. Mais à peine deux jours plus tard, l’équipage du Rainbow Warrior et nos collègues de Greenpeace Pologne menaient une action contre le débarquement de charbon.

Bien plus que des porte-drapeaux flottants

Comme vous le voyez, nos bateaux ne sont pas de simples panneaux publicitaires flottants. Ils mettent en évidence la pollution de l’environnement qui sans eux pourrait rester cachée, contribuent à la recherche scientifique et encouragent les communautés déjà affectées par le réchauffement climatique.

Et ils agissent avec force là où c’est nécessaire. Fort heureusement. Vous aussi, protégez les océans en signant notre pétition !

Je participe à la protection des océans


Facebook

Facebook

Instagram

Instagram

Twitter

Twitter

YouTube

YouTube