#Agriculture #Alimentation #Climat

Moins de viande, plus de légumes

J'agis

Depuis deux mois, nous menons campagne pour réduire la consommation de viande. Aujourd’hui, ce sont les charcuteries que nous ciblons, et plus spécifiquement celles qui ciblent nos enfants en utilisant des personnages populaires comme Samson ou Maya l’abeille. Avec déjà une belle avancé à la clé !

Cela fait déjà quelque temps que nous travaillons en coulisses pour demander à Studio 100 (Maya, Samson, K3…) et IMPS (détenteurs des droits sur les Schtroumpfs) de ne plus accorder de licences sur leurs personnages pour promouvoir des charcuterie malsaines.

IMPS nous a annoncé, il y a quelques jours, avoir mis un terme aux licences (et donc aussi à la collaboration) avec Aubel-Detry, le fabricant de la charcuterie Schtroumpf. IMPS ne veut pas en dire davantage. Aubel-Detry (dans une réaction diffusée aujourd’hui) déclare avoir lui-même arrêté la licence, et non IMPS. Mais au final, ce qui compte, c’est que les charcuteries Schtroumpf ne sont plus vendues en magasin. Un bon point donc.

Que va faire Studio 100 ? Il est clair que les charcuteries pour enfants commercialisées ne sont pas recommandées pour leur santé. Avec des diététiciennes-nutritionnistes indépendantes, nous avons analysé les composants de 4 charcuteries Studio 100 bien connues (1 saucisson de jambon, 1 filet de poulet et 2 saucissons de volaille) et les résultats sont interpellants : trop de sel, mauvaises graisses, additifs…

Découvrez le résultat des analyses

Pour la santé des enfants, il est recommandé de limiter significativement leur consommation de charcuterie. En panne d’inspiration pour leurs boîtes à tartines ? Pas de panique, inscrivez-vous sur notre site et recevez plein de recettes et de conseils pour manger autrement.

Tout savoir sur les charcuteries

A propos de l'auteur

Sébastien Snoeck (né en 1979) a rejoint Greenpeace en 2015. Il travaille en tant que chargé de campagne au sein de l’équipe Ecosystèmes. "L'élevage industriel contribue largement au changement climatique et à la dégradation de l'environnement. Avec mon équipe, nous cherchons à promouvoir un autre système, qui soutient les petits éleveurs travaillant en harmonie avec la nature". --- Sébastien Snoek (1979) begon bij Greenpeace te werken in 2015 bij het team Ecosystems. "De industriële veeteelt warmt ons klimaat op en schaadt het milieu. Samen met mijn team wil ik een ander systeem promoten, dat kleine en ecologische veetelers beter ondersteunt."

Sebastien Snoek

Plus d'info

Close