Des vêtements qui ne ressemblent plus à rien dès leur première utilisation, des lampes qui ne fonctionnent plus après seulement quelques centaines d’heures, des machines à laver qui ne durent pas plus de 5 ans… On parle d’obsolescence programmée, dans des domaines aussi variés que les textiles, les appareils électroménagers, l’électronique...

Prenez votre smartphone. Fonctionne-t-il toujours aussi bien qu’au moment de l’achat ? Probablement pas. Vous comptez remplacer la batterie ? Ou prévoyez-vous une réparation à hauteur de 40% du prix d’un nouveau GSM ? Les fabricants ont quant à eux autre chose en tête à savoir, vous faire acheter, dans les deux ans, un nouvel appareil. Pourtant, d’un point de vue technique, un smartphone pourrait parfaitement durer entre 12 et 15 ans.

Produits jetés, déchets à la clé

Aujourd’hui, nous changeons très vite de smartphone alors que les premiers GSM restaient entre les mains d’un même propriétaire pendant 6 ans. Les machines à laver avaient à l’époque une durée de vie de 20 à 30 ans. Aujourd’hui, cette durée de vie est considérablement réduite.

Bien sûr, cette stratégie de marché visant à pousser les gens à la consommation a un prix environnemental. Tous les ans, nous produisons au niveau mondial plus de 40 millions de tonnes de déchets électroniques, quasi 23 kilos par habitant en Belgique (dont une partie est recyclée). En 2025, on pourrait atteindre les 53,9 millions de tonnes, selon le Bureau of International Recycling.

Plan d’action

La Commission européenne a établi un plan d'action pour une économie circulaire dans laquelle on prend en compte le cycle de vie des produits. C’est maintenant aux Etats membres de prendre des mesures en ce sens. Chez nous, les ministres compétents ont fait réaliser une étude sur l’obsolescence programmée. Selon celle-ci, il n’y aurait que peu de cas avérés d’obsolescence programmée ; par contre de nombreux consommateurs seraient frustrés par la courte durée de vie de leurs appareils. La Commission européenne veut qu’à partir de 2020, les fabricants donnent des renseignements quant à la durabilité de leurs produits. Alors que la Belgique se limite à faire une étude, la France et l’Italie ont déjà réagi plus concrètement.

Ainsi, fin octobre, l’Italie a décidé d’imposer des amendes pour obsolescence programmée : 10 millions d’euros pour Apple et 5 millions d’euros pour Samsung. Ces fabricants effectuent entre autres des mises à jour de leurs softwares pour les rendre moins performants.

Le Black Friday incite les consommateurs à acheter des modèles dernier cri de produits qui utilisent des ressources naturelles épuisables, qui génèrent beaucoup de déchets et qui sont donc préjudiciables à notre planète. Une véritable économie circulaire pourrait obliger les fabricants à réparer et réutiliser leurs produits.

Bien sûr, vous pouvez également agir en tant que consommateur. Pour le Black Friday, éviter d’acheter : fabriquer plutôt des produits vous-même ! En entretenant et en restaurant vos objets, vous pouvez les garder bien plus longtemps, avec beaucoup de satisfaction à la clé.
 
- Michel Luyckx est enseignant et bénévole à Greenpeace