En réponse à la crise plastique mondiale, le mouvement grandissant du zéro déchet génère une lueur d’espoir en offrant une solution au modèle polluant du…

Passer à l'action

Une série de blogues incluant conseils, outils et réflexions.

Ces dernières semaines, la pandémie de coronavirus a suscité de nombreux questionnements, notamment sur la façon de continuer d’éviter les emballages jetables, d’encourager le modèle du réutilisable et de privilégier le vrac et la consigne tout en étant attentif aux questions de santé dans un contexte de crise sanitaire. Nous ne sommes pas expert·e·s en matières de santé, mais nous pouvons offrir quelques conseils, outils et réflexions sur la façon de traverser cette période difficile, tout en gardant à l’esprit l’état de notre planète et de ses océans et les problèmes de santé publique qui pourraient surgir à l’avenir si nous continuons notre trajectoire actuelle. 

Un avenir sans plastique jetable est souhaitable. La prise de conscience entourant la crise de pollution plastique a poussé de nombreuses personnes à réduire leur consommation de produits jetables, forcé les gouvernements à légiférer et les grands fabricants à repenser leur modèle. Nous avons collectivement fait des progrès impressionnants. Et maintenant? Comment continuer à éviter le plastique dans notre vie quotidienne, à responsabiliser les pollueurs et à empêcher un recul alors que nous avons déjà commencé à amorcer de grands changements? C’est là toute la question.

Ce que nous vivons actuellement est d’une ampleur inédite et nous devons bien entendu composer avec les contraintes que cette situation entraîne et suivre les consignes que la science et les experts en santé nous dictent. Lors de crises de santé publique comme celle-ci, surtout si vous ou l’un de vos proches êtes à haut risque, l’incertitude et la crainte peuvent entraîner une grande remise en question de vos habitudes et de votre routine quotidienne. Peut-on continuer de sonner l’alarme sur les diverses autres crises qui touchent notre planète quand on sait que des gens sont malades? C’est déroutant, surtout quand la situation est en constante évolution. 

C’est dans les périodes particulièrement difficiles de l’histoire que l’on peut prendre conscience de la capacité des personnes et des sociétés à s’adapter, à faire preuve de créativité et  d’altruisme envers celles et ceux qui en ont le plus besoin et à trouver de belles, nouvelles et meilleures façons d’agir. C’est cette capacité qui nous permet et nous permettra de faire face à certaines des plus grandes crises environnementales de notre époque. Nous devons continuer à avancer dans la bonne direction. Nous avons fait des progrès sur tant de fronts, et c’est quelque chose dont il faut se souvenir et qu’il nous faut défendre. 

Nombreux sont ceux et celles qui souhaitent continuer sur cette lancée et veulent des solutions, tout en se souciant de leur santé et de celle des autres. Il n’est donc pas étonnant que lorsqu’il s’agit de revenir en arrière concernant le réutilisable, diverses entreprises aient précisé que les mesures prises seraient temporaires. Bien sûr, nous voyons aussi des entreprises profiter de ce moment pour bénéficier du statu quo, mais Greenpeace, le mouvement mondial Break Free From Plastic, et beaucoup d’entre vous, ne les laisseront pas faire. 

Les gens s’interrogent sur l’approche à long terme du modèle du réutilisable et des denrées non-emballées dans l’optique de répondre à la crise de pollution plastique, celles du climat, des océans, de la biodiversité… mais aussi de protéger nos communautés contre les maladies contagieuses. Ce sont des questions et des discussions très importantes. Les entreprises et les gouvernements doivent jouer un rôle important pour que la santé et la sécurité soient prises en compte dans cette révolution de nos modes de consommation. Nous devons aussi voir grand sur la manière dont nous pouvons travailler ensemble pour poursuivre les progrès déjà accomplis et garantir que le changement systémique qui se produira au sortir de la crise actuelle favorise à la fois la santé humaine et la santé de la planète. 

Pour celles et ceux qui souhaitent continuer d’éviter autant que possible le plastique à usage unique et de faire pression pour un changement dans leur communauté, il reste encore beaucoup d’options et de choses que vous pouvez faire par vous-même et qui vous permettront de vous préparer à tout scénario de santé publique similaire à l’avenir. Si vous n’en êtes pas encore là, pas de problème! Nous continuerons de partager nos idées et nos options et vous serez toujours les bienvenu·e·s. <3

Voici quelques conseils pour rester zéro déchet en cette période d’incertitude : 

  • Suivez les conseils des professionnel·le·s de la santé: avant tout, faites ce que vous estimez être le mieux en vous basant sur les informations données par les autorités et les expert·es en matière de santé.
  • Revenez à l’essentiel : si vous aimez déguster une boisson savoureuse sur le pouce ou aller dans notre restaurant préféré pour manger des sushis (végétariens!), c’est le moment de les faire vous-même et d’aller chercher vos livres de cuisine qui peut-être accumulent la poussière présentement. Faites votre café ou votre thé à la maison, préparez vos propres sushis végétariens (c’est étonnamment facile !) et faites cette recette de muffin ou de lait d’avoine que vous vouliez tester depuis longtemps. Vous voulez essayer de faire votre propre baume à lèvres ou des emballages réutilisables en tissu enduit de cire? Pour éviter les emballages, il faut s’organiser, et le moment semble propice pour mettre au point votre plan d’action « zéro déchet »!
  • Posez des questions : engagez une conversation amicale avec les établissements que vous fréquentez. Demandez-leur comment ils se débrouillent face aux préoccupations accrues en matière de santé, s’ils autorisent les contenants réutilisables, et comment ils prévoient d’encourager ce type de modèle à l’avenir. Même si la réponse est qu’ils ne savent pas ou ne peuvent pas actuellement vous autoriser à utiliser vos propres contenants, il est utile de leur rappeler que vous les soutenez dans la création de modèles axés sur le réutilisable, le vrac et la consigne, qui respectent les protocoles de désinfection, et que vous ne soutenez pas le modèle du jetable.
  • Privilégiez le vrac: si aller faire votre épicerie en magasin est sécuritaire, ou à l’avenir lorsque vous entendrez qu’un problème de santé se profile à l’horizon, il peut être bon de remplir votre garde-manger avec vos produits secs préférés et des produits qui se conservent longtemps comme des oignons. Si vous consommez déjà divers ingrédients en vrac, faites des provisions en prévision dans les magasins qui pourraient adopter une approche prudente. De nombreux magasins de produits en vrac et de produits sans déchets ont déjà mis en place des mesures de désinfection strictes, mais si d’autres magasins sont moins bien équipés pour continuer à proposer des articles en vrac ou sans emballage, il est bon d’être proactif, dans la mesure du raisonnable.
  • Suivez l’exemple des établissements de confiance que vous fréquentez: si votre épicerie zéro déchet ou vos restaurants locaux sont encore ouverts pendant une période où les préoccupations de santé publique sont plus fortes, il est probable qu’ils ont évalué le risque et qu’ils ont confiance en leur capacité à fonctionner d’une manière qui respecte les exigences de santé et de sécurité. Personne n’est à l’abri d’être contagieux, et il y a toujours un certain niveau de risque, mais certaines entreprises sont mieux équipées pour l’atténuer ou le contrôler, car leur mode d’opération prend déjà ces risques en considération, particulièrement dans le secteur du vrac. Si une entreprise se dit préoccupée par le risque, c’est peut-être un signe que vous devez la croire sur parole. En fin de compte, les entreprises doivent créer des modèles sûrs et responsables sur le plan social et environnemental, mais si une entreprise n’en est pas encore là, une crise sanitaire n’est peut-être pas le meilleur moment tester la véracité de leurs propos.
  • Restez en contact: continuez à suivre les groupes, les organisations et les personnes qui vous inspirent dans le mouvement. Greenpeace partagera dans les semaines à venir des moyens de rester engagé·e. Suivez-nous sur Twitter, Facebook ou Instagram, ou contactez-nous à [email protected].

Notes : votre meilleure source d’information pour protéger votre santé et celle des autres contre la COVID-19 reste les sources officielles, telles que les ressources de sensibilisation à la santé publique du gouvernement du Canada