Want to do more?
S'engager ×

La future stratégie d’investissement du fonds doit s’aligner sur les objectifs de l’accord de Paris.

Luxembourg, 08 juillet 2021 – Malgré l’urgence climatique, les investissements du fonds de pension luxembourgeois (Fonds de Compensation, FDC) continuent de faire fausse route au regard des objectifs climatiques de l’accord de Paris. C’est la conclusion que Greenpeace Luxembourg tire de l’analyse du rapport annuel 2020 de la SICAV-FIS du FDC [1]. Selon le rapport annuel 2020 du FDC, publié la semaine dernière, certains des compartiments du fonds de pension gérés de manière durable ont toutefois enregistré des performances nettement supérieures à celles de leurs indices de référence, prouvant ainsi que durabilité et rentabilité vont de pair. [2] Greenpeace demande au FDC d’adopter lors de la prochaine révision de sa stratégie d’investissement une stratégie durable ambitieuse pour tous ses investissements et d’éliminer progressivement les combustibles fossiles nuisibles au climat ainsi que d’autres secteurs à forte teneur en carbone. 

Une analyse du rapport annuel 2020 de la FDC SICAV réalisée par Greenpeace Luxembourg montre l’incohérence de la stratégie du fonds dans sa quête de durabilité : alors que les investissements du fonds dans les Carbon Majors (ndt : 100 entreprises actives dans la production de combustibles fossiles et liée à 71% des gaz à effet de serre industriels depuis 1988) ont diminué, ceux dans les entreprises charbonnières ont augmenté, passant de 257 millions d’euros en 2019 à 289 million d’euros en 2020. Le charbon est pourtant le combustible fossile le plus climaticide et il est nécessaire de l’éliminer de la production d’électricité d’ici 2030 afin d’éviter les pires conséquences de la crise climatique. [3] Par ailleurs, en 2020, certains des sous-fonds labellisés ESG ont investi dans le pétrole, le gaz ainsi que dans d’autres entreprises à forte teneur en carbone, de même que dans le secteur du nucléaire. [4] 

« Cet été encore, nous sommes témoins des conséquences catastrophiques de l’effondrement climatique à travers le monde. Néanmoins, les décisions du FDC ne semblent pas l’engager sur la voie nécessaire à l’arrêt des investissements climaticides », déplore Myrna Koster, chargée de campagne Justice Climatique pour Greenpeace Luxembourg. « Selon une enquête récente conduite par TNS Ilres pour Greenpeace, 47% de la population nationale n’est pas d’accord avec les investissements du FDC dans les combustibles fossiles. L’abandon des investissements à forte intensité de carbone au profit d’actifs respectueux de l’environnement permettrait au FDC d’éviter des risques financiers tout en préservant les retraites des pensionnaires d’aujourd’hui comme de demain. » [5]

En théorie, la durabilité semble être l’une des principales préoccupations du FDC. L’année dernière, le fonds a publié son premier rapport d’investisseur durable, qui indique que « en tant qu’administrateur institutionnel d’actifs, le FDC est conscient de sa responsabilité écologique, sociale et de bonne gouvernance. » [6] L’intégration des aspects ESG et de durabilité dans son modèle opérationnel est également un thème récurrent de son rapport annuel 2020. Le FDC a, en outre, déclaré qu’il allait réviser la stratégie d’investissement du fonds au cours de cette année « afin d’intégrer encore davantage les critères ESG et de durabilité dans sa stratégie d’investissement ».  [7]

Pourtant, le FDC ainsi que ses décisionnaires continuent de se référer au mandat du fonds stipulant qu’il doit « garantir la pérennité du régime général de pension » [8] afin de justifier leurs investissements dans des entreprises polluantes, et ce malgré le fait que le rapport annuel 2020 du FDC montre clairement qu’il n’existe aucun conflit entre le mandat du FDC et les investissements durables. Bien au contraire : le rapport donne l’exemple d’un gestionnaire de compartiment qui a choisi exclusivement des actifs provenant d’entreprises ayant des modèles et solutions durables et qui a ainsi obtenu un rendement exceptionnel de près de 24 %, dépassant l’indice de référence de 17 %. De même, le gestionnaire en charge d’un compartiment à thème « Impact positif » a dépassé la performance du benchmark de plus de 10 %. [9]

« La durabilité est l’un des piliers de la stratégie de « nation branding » luxembourgeoise. Toutefois, le fonds de pension souverain du pays, le FDC, ne parvient pas à respecter cet engagement », souligne Martina Holbach, chargée de campagne Climat et Finance pour Greenpeace Luxembourg. « Greenpeace demande au conseil d’administration du FDC de prendre les mesures nécessaires pour adopter une stratégie de durabilité ambitieuse et cohérente pour tous ses investissements et de les aligner sur les objectifs climatiques de l’accord de Paris. » 


Notes : 

[1] Fonds de Compensation de la Sécurité Sociale, SICAV-FIS, ‘Annual Report, including audited financial statements as of 31 December 2020’, disponible ici

[2] Fonds de Compensation, ‘Rapport annuel 2020’, disponible ici 

[3] Bien que les investissements dans les entreprises des Carbon Majors aient diminué de 30 % par rapport à 2019, la comparaison avec la Global Coal Exit List (GCEL) montre que ceux dans les grandes entreprises charbonnières ont augmenté de 16 % en 2020.

À propos de l’élimination progressive du charbon : le site des Nations Unies sur le Changement Climatique, « UN Chief Calls for Immediate Global Action to Phase Out Coal », 2 mars 2021, disponible ici

[4] En 2020, les investissements du FDC étaient divisés en 25 sous-fonds, tous administrés par des gestionnaires différent·es. D’après le FDC, neuf de ces compartiments ont reçu un label ESG de l’association luxembourgeoise de labellisation Luxflag. Notre analyse montre que tous les compartiments labellisés ESG ont investi dans de grandes entreprises pétrolières, minières ou gazières ainsi que dans constructeurs automobile, des fournisseurs d’électricité, des compagnies aériennes ou d’autres industries à forte intensité de carbone. Parmi les gestionnaires de ces portefeuilles figurent Axa, Allianz Global Investors, HSBC, Amundi et Natixis.

[5] Une enquête de TNS Ilres mandatée par Greenpeace Luxembourg, « Perception du changement climatique et des investissements du secteur financier », mai 2021, slide 23

[6] Rapport d’investisseur responsable du FDC, page 4, disponible ici 

[7] Fonds de Compensation, ‘Rapport annuel 2020’, page 7, disponible ici

[8] Rapport d’investisseur responsable du FDC, page 6, disponible ici

[9] Fonds de Compensation, ‘Rapport annuel 2020’, page 23, disponible ici