La finance au service de la planète

Notre défi : mobiliser des flux financiers massifs pour la protection du climat et le développement durable. Deuxième plus grand centre de fonds d’investissement au monde, le Luxembourg a la chance unique de pouvoir devenir un acteur majeur dans la transition vers une économie sobre en carbone. Un transfert du secteur financier luxembourgeois des industries des combustibles fossiles vers des investissements respectueux du climat pourrait devenir la plus grande contribution du Luxembourg pour protéger le climat et l’avenir de notre planèteNous avons besoin d’investissements conséquents dans les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et l’adaptation au changement climatique. Au cours de la prochaine décennie, les investissements mondiaux dans les infrastructures – estimés à 90 billions de dollars – détermineront si la résilience (notre capacité à faire face aux changements environnementaux) peut être atteinte, ou non.

Il ne s’agit pas de savoir si nous cessons d’investir dans les combustibles fossiles, mais à quelle vitesse.

Le Luxembourg, avec son secteur financier innovant, pourrait à la fois contribuer et bénéficier massivement des opportunités d’une transition énergétique mondiale.L’argent joue un rôle important dans la protection du climat : à nous de choisir si nous voulons que cet argent soit investi dans les énergies renouvelables ou fossiles. Le Luxembourg peut devenir un acteur mondial de la protection du climat, le centre financier luxembourgeois étant l’un des plus importants au monde. Son effet de levier pourrait avoir un impact global sur le changement climatique : il faut cesser d’investir de l’argent dans des entreprises qui exploitent, transforment, commercialisent ou vendent du pétrole, du gaz ou du charbon.Ce n’est pas seulement bénéfique d’un point de vue écologique mais aussi économiquement viable : si la majorité des réserves de combustibles fossiles devaient rester dans le sol, la bulle financière fossile pourrait bientôt éclater. Dans ce cas, la perte de valeur des entreprises qui auront dépassé la transition énergétique serait dramatique.L’État luxembourgeois doit donner le bon exemple : il doit arrêter les investissements de fonds souverains, y compris les fonds de pension, dans les énergies fossiles tels que le charbon, le pétrole et le gaz naturel.