S'engager

Luxembourg, le 24 avril 2020 – Les dirigeant·es européen·es se sont réunis virtuellement ce jeudi pour discuter de la réponse de l’UE face au Covid-19 et aux moyens de lever des fonds. Les ministres ont convenu de créer un fonds de relance.

Frank Thinnes, chargé de campagne Climat et Énergie pour Greenpeace Luxembourg, estime : « nous avons besoin de modifier le système en profondeur pour faire face à tout type de crise, qu’elle soit causée par un virus, une inégalité, ou une catastrophe climatique. L’argent que l’UE collecte aujourd’hui pour lutter contre la crise du coronavirus doit également être investi pour faire face aux actuelles crises climatique et de déclin de la biodiversité tout en rendant l’économie européenne plus équitable, juste et résiliente. Les investissements dans les transports publics, l’agriculture écologique et les systèmes d’énergie renouvelable créent des emplois et offrent un bien-être durable pour toutes les générations. »

Dans son premier paquet de Green Deal européen, la Commission européenne a préparé le terrain pour une transition environnementale. Il y a deux semaines, dix-sept gouvernements de toute l’UE, dont le Luxembourg, ont publié une lettre ouverte appelant à une reprise verte en réponse à la crise de Covid-19 et au ralentissement économique qui en a résulté.

Greenpeace a, de plus, appelé à un changement dans le bon sens, en projetant pour la première fois une manifestation holographique à Bruxelles devant le bâtiment du Conseil de l’UE. Les mesures de protection contre la pandémie de Covid-19 limitant les rassemblements publics, cette marche virtuelle a envoyé un signal fort aux décideur·ses européen·es : « Renflouez les gens et pas les entreprises, nous ne resterons pas silencieux ! Changer le système : investir dans les personnes et la planète, pas dans les pollueurs ». Avec ces hologrammes, Greenpeace contribue à la grève mondiale du climat qui a lieu aujourd’hui, vendredi 24 avril, sous la direction de Fridays For Future.

La réponse de l’UE à la pandémie de Covid-19 doit se concentrer sur le sauvetage des vies et contribuer à rendre nos sociétés plus justes, plus vertes et plus résistantes aux crises futures. Greenpeace met en garde les gouvernements : pour faire face aux crises sanitaire, démocratique, climatique et de perte de la biodiversité que nous traversons aujourd’hui, un nouveau Green Deal social et économique axé sur les soins aux personnes et à la planète est nécessaire.

Frank Thinnes ajoute : « les multinationales font déjà la queue, les mains tendues. Mais le soutien public aux grandes entreprises ne doit pas être sans condition ni contrepartie. Les entreprises ne doivent pas être autorisées à utiliser l’argent des contribuables pour payer des dividendes aux actionnaires ou des primes aux PDG et doivent être tenues de fournir des plans crédibles pour contribuer à la décarbonisation de l’économie conformément à l’Accord de Paris. »

Greenpeace Luxembourg a récemment publié une pétition dans laquelle elle exige du gouvernement luxembourgeois cinq demandes vitales pour reconstruire la société au-delà de la crise du coronavirus.

Des photos et vidéos d’action sont disponibles ici.