Les pêchés capitaux de Monsanto

Actualité - 9 mars, 2008
Ce mardi 11 mars, Arte diffusera, à 21 heures, le documentaire "Le monde selon Monsanto" de Marie-Monique Robin. La réputation de la multinationale Monsanto vient d’en prendre un sérieux coup avec la diffusion du nouveau documentaire consacré à ses pratiques douteuses.

Vue aérienne d'un crop circle réalisé par des fermiers locaux en collaboration avec Greenpeace dans la province d'Isabelle, à 300 km de Manilles. Le M barré symbolise le rejet exprimé par les fermiers à l'encontre du maïs Bt produit par Monsanto.

Installé aux Etats-Unis, ce leader mondial de la chimie et détenteur de 90 % des semences transgéniques du monde n'en est pas à son premier crime contre l'environnement ou la santé. Elle use et abuse de tactiques dictatoriales pour imposer ses vues aux consommateurs, aux agriculteurs et même aux gouvernements.

Qu'il s'agisse de notre alimentation, de l'alimentation de nos animaux d'élevage ou encore de la fabrication des semences, on la retrouve à tous les niveaux de pouvoir. A la Maison Blanche par exemple où elle exerce un lobby intense. Un ancien avocat de Monsanto est passé par la US Food and Drug Administration (FDA). Bon nombre de décisions cruciales pour autoriser des aliments et des plantes transgéniques ont alors été prises. Après quoi, Monsanto a tout bonnement récupéré son homme de loi…

Aux Etats-Unis, la collusion entre Monsanto et le pouvoir a permis de faire adopter les organismes génétiquement modifiés (OGM) sans la mise en place de contrôles adéquats, sans prévoir d'étiquetage à l'intention des consommateurs et ce, en dépit des doutes quant à leur inoccuité. Monsanto a tellement le bras long qu'elle est parvenue dans les années 1990 à pousser la Food & Drug Administration à négliger les avertissements de ses propres scientifiques.

Monsanto n'est autre que l'entreprise associée à la production du tristement célèbre Agent Orange, arme chimique utilisée pendant la guerre du Vietnam. Monsanto est impliquée, de tous temps, dans la production des redoutables substances toxiques, dénommées PCB. Le documentaire de Marie-Monique Robin démontre que Monsanto n'ignorait rien des effets toxiques de ce type de produits mais a choisi de « ne pas perdre un dollar » en les révélant.

Monsanto a récemment consolidé sa mauvaise réputation en assurant la promotion d'hormones de croissance produites via des manipulations génétiques, les rBGH, vendues aux Etats-Unis sous la dénomination de Posilac. Monsanto prétend que ce produit, utilisé pour « améliorer » la production laitière bénéficie aux consommateurs. Les rBGH sont pourtant interdites en Europe et au Canada où leur nocivité a été officiellement établie. Plutôt que d'informer les consommateurs US, Monsanto attaque les marques de lait étiquetant leurs produits comme rBGH free !

Monsanto n'a certainement pas le monopole de ces pratiques douteuses mais ce qui la distingue des autres multinationales, c'est sa détermination à contrôler toute la chaîne alimentaire. Ces dix dernières années, Monsanto a racheté 50 producteurs de semences. Le contrôle de Monsanto est total et s'exerce entre autres par le biais des brevets. Une fois entrés dans le système Monsanto, les agriculteurs ne sont plus autorisés à produire des semences après une culture OGM. Monsanto a créé pour cela, une police des gènes pour s'assurer qu'aucun agriculteur ne la double. Son culot étant sans limite, des agriculteurs ont été traînés devant les tribunaux après avoir vu leurs champs fortuitement contaminés par des OGM.

Dans son documentaire, Marie-Domique Robin démontre à quel point l'influence de Monsanto dépasse les Etats-Unis. Des cultivateurs de coton en Inde croulent sous les dettes après avoir opté pour du coton Bt de Monsanto. Au Paraguay, une famille d'agriculteurs vit un enfer depuis que toutes les exploitations environnantes sont passées à la culture de soja transgénique Monsanto.

Très instructif est sans doute le refus de Monsanto de s'entretenir avec la réalisatrice indépendante se retranchant derrière un document (NDLR : Une promesse faite au monde), publié sur leur site et vantant les « mérites » de ses produits. Greenpeace a publié un document démontrant qu'il s'agit plutôt de « pêchés capitaux ».Consultez ce rapport Monsanto's 7 Deadly Sins

Pour Greenpeace, ce documentaire plaide en faveur d'un monde libéré de la mainmise de Monsanto sur la chaîne alimentaire. Nous pouvons tous contribuer à cet objectif.

Quoi ?

Le film "Le monde selon Monsanto"

A voir où ?

sur ARTE

Quand ?

le 11 Mars 2008, à 21 heures

C'est possible de commander le DVD (en français, anglais ou espagnol) sur www.arte-boutique.fr.

Envoyez une lettre!

Pour une Europe sans OGM: aidez-nous!

Thèmes