Envie d’en faire plus?
J'agis ×

Jusqu’à ce 15 juin, vous pouvez vous prononcer sur la prolongation de la durée de vie de Doel 1 et 2. N’hésitez plus ! Car ces plus vieux réacteurs que compte le pays sont dangereux et inutiles. Les prolonger serait tout à fait irresponsable. Nous avons résumé quelques arguments clés pour vous en convaincre (n’hésitez pas à lire notre argumentaire détaillé, uniquement disponible en néerlandais). 

Donnez votre avis sur Doel 1 et 2

Les centrales nucléaires Doel 1 et 2 ne sont pas sûres

Prolonger les réacteurs nucléaires obsolètes ? Votre avis compte !
© Bernd Arnold / Greenpeace

La règle de base en matière de radioprotection stipule que tout rayonnement radioactif, que ce soit dans le cadre d’une utilisation ‘normale’ ou en cas d’accident, doit être soigneusement pesé et justifié. Ce risque nucléaire est particulièrement réel pour les réacteurs jumeaux de Doel 1 et 2, car leur conception de base est totalement dépassée. Par exemple, leur mur en béton “simple paroi” ne peut pas résister à l’impact d’un avion de ligne. Il est incompréhensible que l’étude d’incidence environnementale n’en tienne pas compte. Après tout, ces défauts de conception rendent les centrales extrêmement vulnérables et augmentent le risque d’une grave catastrophe nucléaire ayant des conséquences sur le territoire national et à l’étranger.

Les centrales nucléaires ne répondent pas aux normes de sécurité actuelles. Des interventions cruciales ont été abandonnées parce qu’elles étaient trop coûteuses pour l’exploitant Engie Electrabel. Ainsi, on n’a pas installé de core catcher (servant à récupérer le corium issu de la fusion accidentelle d’un réacteur nucléaire) et les couvercles des cuves n’ont pas été remplacés. On ne tient pas non plus compte du risque d’une catastrophe nucléaire majeure comme celle de Fukushima, au cours de laquelle de grandes quantités de radioactivité peuvent être déversées dans l’environnement. Enfin, après 40 ans de recherche, il n’y a toujours pas de solution pour la gestion des déchets nucléaires produits, qui doivent être isolés pendant des centaines de milliers d’années.

Les centrales nucléaires Doel 1 et 2 sont inutiles

Les vieux réacteurs Doel 1 et 2 ne représentent pas seulement un risque pour la sécurité nucléaire. La forte dépendance à l’égard d’une technologie peu fiable comme l’énergie nucléaire représente également un risque pour notre sécurité d’approvisionnement. Les nombreux problèmes survenus tant pour Doel 1 et 2 que pour les autres réacteurs au cours des périodes 2014-15 et 2018 l’ont prouvé. Jusqu’à 6 des 7 réacteurs belges étaient alors hors service en même temps pour cause de maintenance et d’incidents, allant d’incendies à des fuites en passant par un acte de sabotage. 

C’est ce manque de fiabilité qui a poussé le gestionnaire de réseau Elia à ne prendre en compte les centrales nucléaires que partiellement lorsqu’il a effectué ses calculs pour savoir si nous aurons suffisamment de courant dans les années à venir. Le régulateur de l’énergie CREG estime également que toutes les centrales nucléaires – et donc à fortiori les petits réacteurs Doel 1 et 2 – peuvent être arrêtées sans pour autant mettre l’approvisionnement en danger. L’argument utilisé par le passé pour prolonger les vieilles centrales nucléaires ne tient donc pas la route. Maintenant que nous savons que ces réacteurs ne sont pas nécessaires et qu’ils ont plutôt un effet négatif sur notre approvisionnement, nous devrions les fermer le plus rapidement possible. Cela permettra également d’accélérer la transition vers les énergies renouvelables, car cela créera un espace pour de nouveaux investissements.

Faites entendre votre voix (jusqu’au 15 juin) Je partage sur Facebook Je partage sur Twitter Je partage sur Whatsapp
Facebook Facebook Instagram Instagram Twitter Twitter YouTube YouTube Pinterest Pinterest