Want to do more?
S'engager ×

Le gouvernement luxembourgeois doit s’engager en faveur d’un fonds de pension souverain sans combustibles fossiles. 

Luxembourg, 23 août 2021 – À la lumière des conclusions alarmantes du rapport du GIEC récemment publié [1], Greenpeace appelle le gouvernement luxembourgeois à mettre enfin un terme aux investissements climaticides du fonds de pension souverain, le FDC (Fonds de Compensation). Dans sa réponse officielle à la question parlementaire du 19 juillet 2021 concernant les investissements du FDC [2], le ministre en charge, Romain Schneider, n’apporte pas de réponses claires sur la manière dont le fonds entend aligner ses investissements sur les objectifs de l’accord de Paris. Greenpeace exige que le FDC adopte une politique de durabilité cohérente pour tous ses investissements, avec notamment l’élimination progressive des combustibles fossiles nuisibles au climat ainsi que des autres secteurs à forte teneur en carbone lors de la prochaine révision de sa stratégie d’investissement. La crédibilité du gouvernement en matière de protection du climat est en jeu.

« Bien que nous soyons continuellement témoins des conséquences dévastatrices du dérèglement climatique dans le monde, le fonds de pension luxembourgeois continue d’investir dans des entreprises climaticides et ne suit pas de stratégie ambitieuse dans sa quête de durabilité [3] », déplore Myrna Koster, chargée de campagne Justice Climatique pour Greenpeace Luxembourg. « Les cotisations sociales des employé·es du secteur privé continuent d’être investies dans des combustibles fossiles. En 2020, nous avons constaté une nouvelle hausse des investissements dans le charbon. Or, 47% de la population luxembourgeoise est en désaccord avec cela [4]. Jusqu’à présent, la direction du fonds ne s’est contentée que de progrès marginaux. C’est pourquoi nous demandons instamment au gouvernement de prendre une décision politique pour aligner les investissements du fonds sur les objectifs climatiques de Paris. »

Selon la réponse du ministre à la question parlementaire, le FDC a pris des décisions préliminaires avant la pause estivale : il prévoit d’évaluer régulièrement son intensité carbone, ainsi que son alignement sur un scénario à 2°C d’augmentation de la température moyenne globale. Ces dispositions ne sont toutefois pas suffisamment ambitieuses. Greenpeace exige une décision claire du gouvernement luxembourgeois afin d’obliger le fonds à adopter les mesures nécessaires au respect des objectifs de l’accord de Paris.

Alors que le gouvernement Bettel appelle ses citoyens à agir activement contre le changement climatique, le fonds de pension est autorisé à se soustraire à toute responsabilité. Greenpeace attend d’un gouvernement qui a ratifié l’accord de Paris et qui s’est engagé publiquement et sans équivoque à mettre en œuvre des directives claires en matière d’investissement durable et vert pour le FDC qu’il joigne enfin le geste à la parole [5].

« Nous ne pouvons pas attendre encore 5 ou 10 ans que le fonds agisse. Le changement climatique est là et nous pouvons en observer les effets dévastateurs dans le monde entier, y compris ici, au Luxembourg. Le dernier rapport du GIEC constitue un avertissement sévère sur la direction que nous prenons si des mesures urgentes ne sont pas prises », souligne Martina Holbach, chargée de campagne Climat et Finance pour Greenpeace Luxembourg [3]. « Le gouvernement doit agir maintenant. Il doit prendre les mesures nécessaires pour que le FDC mette un terme à ses investissements climaticides afin de s’aligner enfin sur Paris ».


Notes : 

[1] Le communiqué de presse de Greenpeace sur le dernier rapport du GIEC est disponible ici

[2] La question parlementaire du député Charles Margue et la réponse officielle du ministre Romain Schneider sont disponibles ici.

[3] L’analyse par Greenpeace du dernier rapport annuel de la FDC est disponible ici

[4] Une enquête de TNS Ilres mandatée par Greenpeace Luxembourg, « Perception du changement climatique et des investissements du secteur financier », mai 2021, slide 23

[5] Accord de coalition 2018-2023, page 108.